jeudi 13 juillet 2017

C'est l'été, visitez les jardins!

Après le festival, Cahors Juin Jardins continue pendant l'été et vous propose des ateliers Blob dans la fabrique Slime Mold du collectif danois BUREAU DETOURS, des installations à voir dans les jardins de Cahors et des jardins paysage à parcourir dans la Vallée du Lot...

Pas de vacances pour la fabrique à Blob!

Cet été, Cahors Juin Jardins propose trois ateliers ouverts à tous, dans la fabrique à Blob, construction interactive créée par le collectif danois BUREAU DETOURS, au fond des allées Fénelon. Jaune, invasif et fascinant, le Blob est un organisme unicellulaire méconnu qui n’est ni plante, ni champignon, ni animal. Mais un peu des trois à la fois ! En participant aux ateliers Blob, vous saurez tout sur le Blob. Ou presque !


>>Mercredi 26 juillet de 16h à 18h30
Mon blob est en... cuir! Fabrique ton blob et tu trouveras la bonne clé. Atelier  créatif animé par Mathilde Levez, sellière, spécialiste du cuir. Ouvert à tous, participation libre.






>>Mercredi 23 août de 16h à 18h30
Mon blob est en... papier! Fabrique ton blob et tu trouveras la paix. Atelier  origami animé par Estelle Blanchon. Ouvert à tous, participation libre.







>>Samedi 16 septembre de 15h à 18h30
Mon blob est plein de... mauvaises herbes! Fabrique ton herbier et tu connaîtras les plantes sauvages de ta ville. Déroulement: visite des jardins et des installations, cueillette et création d’un herbier totalement Blob! Programmé dans le cadre des journées du patrimoine avec le soutien de l'association Carrefour des Sciences et des Arts. Atelier créatif, ouvert à tous, participation libre.


A voir et revoir...

>>Les installations dans les jardins de Cahors

Pendant tout l'été, les installations créées à l'occasion de Cahors Juin Jardins sont visibles dans les jardins publics de Cahors. Retrouvez toutes les informations sur le flyer L'été de Cahors Juin Jardins distribué dans les Offices de Tourisme.




A voir: Les Herculéennes de Laurent Reynes sur les allées Fénelon, Umarmen de Karine Bonneval et Rooting Garden de Cornelia Konrads au square Olivier de Magny,  Le Slime Mold (fabrique de Blob) du collectif danois BUREAU DETOURS sur les allées Fénelon, la Komet de Séverine Hubard et la Kaboule de l'option art nature du Lycée d'horticulture de Brive, au Parc Tassart, Totem-Source de Sophie Rigal, dans le jardin de la galerie WAM Créateurs, 165 rue de la Barre, Garten/jardin (photographies pour une écologie urbaine) du collectif ParisBerlin Fotogroup, à la médiathèque du Grand Cahors.


                     

>>Le parcours des jardins paysage en vallée du Lot

Depuis plus de trois ans, Cahors Juin Jardins développe avec le Parc Naturel Régional des Causses du Quercy, le parcours des jardins paysage en vallée du Lot.




Créés sur la base du volontariat, du partage et de la collaboration, ces jardins paysage se multiplient sur le territoire (18 au total), entre Saint-Cirq-Lapopie et Douelle. Pérennes et ouverts à tous, ils sont une belle occasion de découvrir la vallée du Lot à travers ses jardins et la création.
A retrouver dans les jardins paysage:
>Swirl Flowers M51 - galaxie tourbillon de Bastien Lemaître, dans Le jardin des Murs-Murs à Vers (photo ci-dessus)
>Eternal Source - invitation à la méditation de Mireya Samper, dans le jardin du Chemin de l'eau, à Esclauzels



Photos: Alain Astruc, Laurent Reynes, Isabelle Marrou

jeudi 15 juin 2017

:::Junk Garden fascine en fontaine de poubelles:::

Artiste majeur de la scène française, Michel Blazy occupe une place à part dans l'art contemporain.
A Cahors, dans le cadre d'un partenariat avec le musée des Abattoirs de Toulouse, FRAC Midi-Pyrénées, l'oeuvre Junk Garden occupe la chapelle désacralisée de l'Espace Lamourous. Une installation fascinante et inquiétante.



La plupart du temps éphémères, les oeuvres  de Michel Blazy sont réalisées avec des matériaux organiques qui mutent au cours de leur exposition. Il repeint volontiers les murs à la purée de carotte ou à la sauce tomate, réalise des sculptures en pâtes de soja et des tableaux en crème dessert, empile des demi oranges pour former des tours qui pourrissent et s’effondrent lentement, fait pousser des semis dans les ordinateurs, chaussures et vêtements, et se réjouit de toutes ces transformations visuelles et olfactives, symboles du vivant et de sa précarité.



Michel Blazy - Junk Garden-Tas d'ordure-2012-Musée des abattoirs de Toulouse Adagp, Paris 2017








Dans ses créations les plus récentes, comme Junk Garden, il utilise de grandes poubelles pour composer des fontaines de mousse parfois monumentales, dont les formes blanches et souples jaillissent et se déversent lentement. La sculpture se crée d’elle-même, en direct, provoquant un émerveillement teinté d’inquiétude. Fascinante et menaçante, l'œuvre est chaque jour différente, le processus subissant des métamorphoses en fonction de la température ambiante et de la moindre interaction


 Michel Blazy - Junk Garden-Tas d'ordure-2012-Musée des abattoirs de Toulouse Adagp, Paris 2017

Installée dans la chapelle (désacralisée) de l'espace Lamourous pendant le festival Cahors Juin jardins, Junk Garden - Tas d'ordures, fascine et subjugue le regardeur qui oublie qu'elle ne fait que révéler notre culte de la société de consommation, de la production massive de déchets et du gâchis planétaire conséquant.


Partenariat FRAC Midi-Pyrénées-Musée des Abattoirs de Toulouse

:::Le Bar'Ouf fait son jardin rue Saint-James:::

Dans la rue Saint-James, à Cahors, de drôles de suspensions fleuries se multiplient...



 

Cela fait un moment que le Bar'Ouf a la main verte....


De la sculpture haricot magique de l'artiste Jérôme Crespin, s'enroulant et s'élevant autour de la vitrine, aux créations de Filoche, l'art et le jardin fleurissent dans l'estaminet! 






Cette année, levez la tête et découvrez les suspensions fleuries qui jalonnent la rue, esprit récup' et partage! 

D'ailleurs, vous aussi, créez votre suspension! 








Quelques fleurs, aromates ou potagères; un bidon ou une boite de conserve, un peu de peinture... 


Laissez aller votre imagination botanico-artistique et n'oubliez pas d'arroser de temps en temps!  

vendredi 9 juin 2017

:::La balade des jardins paysage en vallée du Lot:::

Après un premier week-end de Rendez-Vous aux Jardins à Cahors où l’art et les jardins privés accueillaient un public fidèle et toujours plus nombreux, le festival Cahors Juin Jardins poursuit sa balade botanique et artistique dans les jardins paysage en Vallée du Lot du 9 au 11 juin. Au programme, des visites accompagnées, des concerts, des ateliers, des rencontres, des balades écriture.... Allez hop! C'est parti dans les jardins paysage!




Depuis plus de trois ans, Cahors Juin Jardins développe avec le Parc Naturel Régional des Causses du Quercy, le parcours des jardins paysage, multipliant la création de jardins dans les villages, hameaux et quartiers (18 cette année), entre Saint-Cirq-Lapopie et Douelle.





Cette année, Cahors Juin Jardins et le Parc Naturel Régional ont souhaité consacrer un week-end entier à ces jardins paysage.
Pendant toute l’année, les participants à ce projet se sont retrouvés autour d’ateliers semis, réunions d’information et GreenLabs pour créer, transformer, animer leur jardins. Un travail qui réunit plus de 200 personnes. 

Trois nouveaux villages, Douelle, Catus et Labastide-du-Vers, ont grandi cette année la liste des jardins paysage,rivalisant d’imagination pour animer leur jardin, proposant ici un parcours de jardins « Au fil de Douelle » avec musique et créations ; là une randonnée et de nombreux ateliers créatifs « Sur les pas d’Henri Martin » à Labastide-du-Vers...





...ou encore la renaissance du Jardin du Presbytère à Catus, avec un concert de l’atelier jazz de l’école de musique Philippe Gaubert. Les visiteurs pourront aussi faire une balade écriture animée par Brigitte Algave samedi 10 à partir de 10h à Saint-Cirq Lapopie, admirer la belle de nuit comme de jour à Saint-Géry ou contempler l’installation Swirl Flower de Bastien Lemaître suspendue au dessus du jardin des murs-murs à Vers... 






... et Du jardin à l’assiette, visiter le petit jardin créé à l’espace social et citoyen de Terre-Rouge à Cahors dans le cadre du contrat de ville. Chaque jardin accueille le public chaleureusement et 
généreusement sous le soleil !









Dès ce soir, vendredi 9 juin, une balade spectacle est proposée dans le village d’Esclauzels avec le circassien Rémy Luchez en même temps que seront inauguré l’installation Eternal Source, de Mireya Samper et le petit jardin partagé des habitants du village. 


Bonne balade dans les jardins paysage!

mardi 6 juin 2017

:::Work in Progress BUREAU DETOURS: partout des blobs/SlimeMold:::

Mélange inspiré et détonnant d’artistes, architectes, concepteurs divers, créateurs de sons, lumières, paysagistes, plasticiens etc. le collectif danois BUREAU DETOURS a créé sa fabrique à Blob/Slime Mold au fond des allées Fénelon! Une nuée de 130 petits tabourets jaunes, fabriqués, assemblés et disséminés par les visiteurs du festival ont envahi Cahors! La fabrique est en place, ouverte et disponible pour les associations qui souhaitent y réaliser un atelier! Si ça c'est pas collaboratif, c'est pas CJJ!!!

Les WIP sont réalisés par Alain Astruc (Champs d'images)



L'association Juin Jardins est soutenue par la Fondation de S.A.R. le Prince Henrik de Danemark dans le cadre de l'accueil du collectif BUREAU DETOURS

jeudi 1 juin 2017

:::Meggie Schneider en 7 stations source-res-source:::

Établie à Berlin, Meggie Schneider est invitée à Cahors Juin Jardins dans le cadre de la 3ème coproduction menée avec le Goethe Institut de Toulouse. Elle explore dans le square Jouvenel, les frontières entre le privé et le public et se met en scène au coeur de son installation.



Pour moi, la ressource se réfère toujours à la source, et toutes deux s’entrelacent pour donner lieu à une structure vivante et en mouvement, explique Meggie Schneider.
En sept stations SOURCE - l'eau de la fontaine Divona, l'air, le vivant, un transat, des tabourets, une table, un tableau noir, Meggie Schneider propose au square Jouvenel une installation RESSOURCE, en vue de réfléchir ensemble à la relation consciente/inconsciente que nous entretenons avec la vie. Simplement. Et Meggie donne de sa personne! Photographe, philosophe, performeuse, bienveillante et fine gastronome, elle invite les visiteurs à partager une pause dans sa maison jardin et à penser le monde comme un tout.
Ses recherches l’amènent souvent à se positionner aux antipodes de la consommation individuelle. Elle étudie l’esthétique du quotidien, son architecture et s’empare de fragments de la vie quotidienne qu’elle fait sortir de leur contexte habituel.


Meggie Schneider a été aidée par ColsonWood pour la réalisation de son installation.

mardi 30 mai 2017

::: Work in Progress Laurent Reynes: Herculéennes monolithiques:::

Comment construisait-on à l’origine ? Quelles formes avaient les premières architectures ? A quoi servaient-elles ? Laurent Reynes, sculpteur, peintre et architecte, interroge le sens de cet instinct de construire avec les Herculéennes sur les allées Fénelon, à Cahors.



Les Herculéennes, sculptures monumentales, tentent de nous rappeler à quel point construire est inhérent à tous depuis l’origine de l’humanité. A partir du moment où une pierre ou un morceau de bois est évalué et jaugé par la main de l’homme, il devient un matériau, une matière qu’il va pouvoir transformer, avec laquelle il va pouvoir construire. 
Laurent Reynes intervient à plus d'un titre dans cette 12ème édition du festival Cahors Juin Jardins. Que ce soit avec les élèves du Lycée des Territoires de Cahors - Le Montat dans le cadre d'une résidence d'artiste, ou dans les jardins de Cahors avec les Herculéennes, Laurent Reynes affronte généreusement la matière - bois, pierre, terre - qu’il assemble en des formes premières et monumentales. 
La peinture est une autre discipline qu'il pratique avec la même générosité dans les couleurs, les formes et les démesures.
A Cahors, il présente pour la première fois ses peintures minute au public. Un exercice systématique auquel l'artiste se soumet pour capter un paysage qui s'offre à lui, mémoire instantanée, précise dans sa lumière et ses couleurs, abstraite dans sa forme. Prendre aussi vite que les yeux, peindre aussi vite que la lumière, regarder avec les pinceaux, aussi vite que possible, oublier le temps et l'instant pendant un petit moment... dit-il

Merci à Olivier Mercadier et Jean-Paul Bach qui par leur savoir-faire et leur générosité ont largement contribué à la réalisation de cette installation.
Les WIP sont réalisés par Alain Astruc (Champs d'images)

lundi 29 mai 2017

::: Work in progress Sophie Rigal: Totem-Source, construction interactive:::

Invitée par la galerie WAM créateurs en coproduction avec Cahors Juin Jardins, l'artiste Sophie Rigal propose l'installation d'une oeuvre participative - Totems-Source, dans le jardin de la galerie, qui évolue à plusieurs mains, en atelier et avec l'interaction des visiteurs pendant le festival.



Les WIP sont réalisés par Alain Astruc (Champs d'images)

samedi 27 mai 2017

:::BUREAU DETOURS sème le BLOB à Cahors:::

Basé à Copenhague, le collectif Danois BUREAU DETOURS s'installe à Cahors pour quelques jours. Ces artistes pluridisciplinaires proposent de créer une usine à BLOB, construction et atelier interactif au fond des allées Fénelon et ouvert à tous!

 Mélange inspiré et détonnant d’artistes, architectes, concepteurs divers, créateurs de sons, lumières, paysagistes, plasticiens etc. le collectif BUREAU DETOURS créent des espaces de vie interactifs. Pluridisciplinaires et engagés, ils interviennent à la lisière de l’art, du design et de l’architecture. Leur terrain de jeu est le paysage urbain où ils inventent des oasis de vie dans lesquels se développent de nouvelles relations et interactions citoyennes. A Cahors,  BUREAU DETOURS va semer le BLOB! Oui, Blob, ou Slime Mold, un curieux champignon jaune qui n'en est pas vraiment un et en plus qui bouge ! Plus sérieusement, dans la forêt, le Slime Mold, scientifiquement appelé myxomycète, est un organisme  monocellulaire jaune et gélatineux au déplacement complexe qui intéresse grandement scientifiques et biologistes. Ni végétal, ni animal, ni champignon, la matière se déplace dans une logique implacable pour s'alimenter de déchets végétaux. Jamais elle ne repasse par le même chemin ; toujours elle choisit le meilleur itinéraire pour atteindre son but. A Cahors, l'équipe de BUREAU DETOURS, assistée de collaborateurs lotois, a installé sur les allées Fénelon une fabrique de cet organisme mobile dont les déplacements sont scrupuleusement référencés...  Objectif: trouver les BLOBS dans la ville!



L'association Juin Jardins est soutenue par la Fondation de S.A.R. le Prince Henrik de Danemark dans le cadre de l'accueil du collectif BUREAU DETOURS

vendredi 26 mai 2017

::: Work in Progress Karine Bonneval>>Les explorateurs - Umarmen:::




Depuis plusieurs années, Karine Bonneval concentre sa recherche sur les relations paradoxales que nous entretenons avec le vivant. A Cahors, Karine Bonneval présente Umarmen au square Olivier de Magny et Les explorateurs, à la bibliothèque patrimoniale de Cahors. Une rencontre avec l’artiste est également prévue à la Médiathèque du Grand Cahors Samedi 3 juin à 16h30.
Karine Bonneval est invitée à Cahors Juin Jardins dans le cadre du partenariat avec le festival JardinsSynthétiques à Toulousewww.jardins-synthetiques.com

Les WIP sont réalisés par Alain Astruc (Champs d'images)

samedi 20 mai 2017

:::Cahors Juin Jardins 2017 sur la radio Antenne d'Oc:::

Une demi heure pour se faire une idée de cette prochaine édition avec l'équipe de Cahors Juin Jardins...


vendredi 5 mai 2017

:::L'invisible aux confins de Sophie Rigal:::

Sophie Rigal refait escale à Cahors Juin Jardins avec son univers secret, épuré, nourri de frugalité et chargé d'invisibles tourments. Invitée par la galerie WAM créateurs en coproduction avec Cahors Juin Jardins, elle propose l'installation Aux Confins accompagnée d'une oeuvre participative Totem-Source qui évoluera avec l'interaction des visiteurs pendant le festival.
«Notre monde prend sa source dans l’invisible.
Le long du chemin qui m’y mène, j’en dessine les contours,» annonce Sophie Rigal. On devine dans son geste artistique une énigme profonde à peine esquissée. Telle une archéologue de sa propre âme, elle tisse, elle noue, elle découpe et colle des bouts de tout et construit un univers fragile, fait de transparence et d'obstacles.  Du noir vers le blanc, l'exposition présentera plusieurs pièces murales (dessins, estampes, couture) et une sculpture composée de plusieurs modules, suspendus et au sol. Roche-astre-racine...? L'exposition se complétera d'une oeuvre participative et évolutive qui sera installée dans le jardin de la galerie.


Sophie Rigal propose deux ateliers en amont du festival pour participer à la création de l'installation des Totem-Source. Inspirés de la thématique du festival Source&Ressources, elle invite chaque participant  à venir créer son point source dans une oeuvre commune. Pendant le festival, les 3 et 4 juin, l'oeuvre continuera également son évolution par l'interaction avec les visiteurs. 
Invitée à l'initiative de Galerie WAM Créateurs, elle a séduit la galeriste Elodie Chosson par son travail où le fil est toujours présent. Ouverte à Cahors depuis juillet 2015, la galerie WAM donne à voir au travers des différentes techniques liées au FIL (tissage, filage, teinture, broderie, crochet, tricot, papier cousu, plasticienne/cien textile) comment les artistes contemporains se sont emparés de ce medium ancestral pour s'exprimer.
A noter dans vos agendas: 
Ateliers Totem-Source ouvert au public 
Quand? les samedis 20 et 27 mai de 14h à 18h
Où?Galerie WAM Créateurs, 165 rue de la Barre à Cahors
Inscription: : elodiecho@wam-createurs.com 06 76 06 67 49
L'exposition se tiendra du 2 juin au 12 juillet. 

mardi 2 mai 2017

::: Le scintillement des nuits du Lot vues par Séverine Hubard:::

Parmi les artistes invités à la 12ème édition du festival Cahors Juin Jardins, Séverine Hubard met à la disposition du festival une des Komets créées à l'occasion de la résidence d'artistes 2016 des Ateliers des Arques. Si l'artiste s'intéresse habituellement à l'espace urbain et aux interactions entre la ville et sa population, elle a redécouvert dans les nuits du Lot le scintillement bénéfique des étoiles, sources et ressources d'une mémoire ancestrale et d'un futur possible.
"Que voit-on dans le ciel noir des villes? Rarement, même par temps clair, les étoiles. Plusieurs raisons à cela. La première, physique, est que la lumière artificielle éteint celle qui vient du ciel. La seconde, tient au fait que la ville rabat la vue sur son schéma horizontal, qu'on y lève peu la tête au dessus de ce qui est nécessaire, abreuvé d'informations prévisionnelles et captivé par les événements qui se déroulent à hauteur de regard. La troisième est qu'il y a peu d'endroits dans une ville où l'on peut voir un bout du ciel, à cause de l'étroitesse des angles de vue que ménagent les immeubles et les tours. A la campagne au contraire, le ciel est partout visible, le regarder est à la fois un réflexe et une nécessité pour évaluer le temps qu'il fait ou anticiper celui qu'il va faire, inconsciemment prévoir l'avenir"(in Le Journal des Arques 2016). Avec poésie et humour, Séverine Hubard répondait à l'invitation des directeurs artistiques Caroline Bissière et Jean-Paul Blanchet, de l'Abbaye Saint-André, centre d'art contemporain de Meymac, autour de la thématique de l'espace public comme lieu de commémoration, de jeux, de socialisation ou d'échange. 
A Cahors, la Komet de Séverine Hubard sera exposée au parc Tassart, à partir du 2 juin prochain.

samedi 29 avril 2017

:::Des jardins flottants sur le Lot et une Kagoule en migration.:::

L'école d'Horticulture et du Paysage de Murat (Brive) fait escale à Cahors Juin Jardins 2017 avec les élèves de l'option Art/Nature sous la direction artistique d'Emmanuel Coulomb.


 
Des jardins flottants composés de plantes comestibles et migrantes, posés sur l'eau du Lot, amarrés au jardin du Capitulaire de Villis, là où l'artiste Fabrice Hybert, il y a presque deux décennies, plantaient un verger offert à tous, comme une anticipation au mouvement citoyen des Incroyables Comestibles... Une Kagoule en osier tressé qui chemine dans la ville, véhiculant son message sur la migration des plantes et pas seulement, avant de trouver refuge au Parc Tassart... On peut dire que les élèves de l'option Art/Nature du lycée d'Horticulture et du Paysage de Murat (Brive) engagent leur propos à travers le végétal!

L'option Art/Nature vise précisément à sensibiliser les élèves à la dimension artistique du paysage et de la nature par la création, la rencontre avec des artistes et des oeuvres d'hier et d'aujourd'hui. Colline, Hugo, Romain, etc. avec leur professeur Emmanuel Coulomb se sont engagés dans une véritable démarche artistique et botanique à partir de la thématique CJJ 2017 Source&Ressources. Ils seront à Cahors à partir du 2 juin pour une déambulation de la Kaboule dans plusieurs endroits de la Ville avant qu'elle ne trouve refuge au Parc Tassart. 
Emmanuel Coulomb interviendra également à l'occasion de la table ronde Le jardin, source et ressources d'une citoyenneté créative, où il évoquera notamment l'hortithérapie et les jardins de soins (Rdv sam 3 juin, 17h30, jardin le 103).


vendredi 28 avril 2017

:::Du son dans les nids:::

Les jardins paysage en Vallée du Lot se multiplient et rivalisent d'inventivité et de créativité. Le weekend du 9 au 11 juin leur sera entièrement consacré avec un nouveau parcours et des créations dans les jardins. Les portraits botaniques de Karine Bonneval donnent la parole à une dizaine de participants aux GreenLabs que vous pourrez retrouver dans les jardins paysage de Bégoux, Cabrerets et Douelle... Petit avant goût sonore!




mardi 18 avril 2017

:::1000 grues-origami dans les jardins:::

Venu du Japon, l’origami (pliage de papier) est un acte créateur pour un vœu souhaité. Cahors Juin jardins 2017 a souhaité cette année proposer une œuvre collaborative aux enfants des écoles du Grand Cahors, qui s’est élargie à d’autres institutions et associations.1000 grues en origami vont fleurir dans les jardins de Cahors et à la médiathèque.


Depuis cet hiver, plusieurs ateliers origami ont été proposés au centre d’accueil des demandeurs d’asile, aux écoles primaires du Grand Cahors, à la médiathèque, aux participants au parcours des jardins paysage, en vue de créer 1000 grues de toutes les couleurs en origami. Une légende entretenue depuis la catastrophe d’Hiroshima dit que si l’on plie 1000 grues en papier au cours d’une année, toutes liées les unes aux autres, un voeu sera exaucé. Plus de 300 personnes sont déjà engagées dans le projet... « Ces ateliers ont permis de vrais échanges intergénérationnels et interculturels, explique Estelle Blanchon, à l’initiative de ce projet. Lors du dernier atelier, samedi 8 avril, à la médiathèque du Grand Cahors, 200 grues on été créées ! ». Dans les écoles primaires, ce sont déjà plus de 200 élèves qui s’appliquent –véritable prouesse d’adresse et de persévérance,  à plier des papiers multicolores pour en révéler l’oiseau symbole de paix. Au centre d’accueil des demandeurs d’asile, qui a créé avec les résidents, le jardin des origines sur la promenade de Coty à Cahors, ce sont les enfants qui ont incité leurs parents à participer et qui traduisent les consignes !

Pendant le week-end de lancement du festival, les grues en origami seront présentes dans plusieurs jardins et notamment à la médiathèque du Grand Cahors qui accueillera l’installation principale. Vous êtes intéressés? Contactez Estelle Blanchon, régie des oeuvres CJJ, au 06 24 52 16 17

vendredi 31 mars 2017

:::Karine Bonneval en intimité poétique avec le végétal:::

 Invitée par Cahors Juin Jardins dans le cadre d'un partenariat avec le festival Jardins Synthétiques à Toulouse, Karine Bonneval propose plusieurs pièces à découvrir au square Olivier de Magny, à la bibliothèque patrimoniale et à la médiathèque de Cahors.



Karine Bonneval n'en finit pas de sonder notre rapport à la nature. Avec la sculpture, les installations, la vidéo, les performances, elle pousse sa recherche fondamentale vers une poétique du végétale, à la fois espiègle, raffinée, fascinante, parfois inquiétante, comme le pressentiment de nos dérives humaines envers la nature. Elle vient d'inaugurer Saccharumaniadans les appartements historiques du Château de Chaumont-sur-Loire, domaine art nature qu'elle connait pour y avoir déjà exposé ses Admirables agaves dorées à la feuille d'or. Aujourd'hui, ces sculptures fleurs de sucre aux allures de marbre taillé, res naturalia sublimes et précieuses d'un cabinet de curiosités, nous rappellent comme une vanité que la canne à sucre, Saccharum Officinarum, est notre plaisir et une des pires plaies de l'humanité, rappelant l'esclavage, le commerce triangulaire, les guerres, le diabète... 

A Cahors, Karine Bonneval poursuit sa recherche engagée dans la série Dendromité, néologisme signifiant intimité avec l'arbre, invitant adultes et enfants à ressentir l'énergie des arbres en partageant un moment d'intimité embrassée. Umarmens seront deux sculptures bustes liées aux arbres du square Olivier de Magny, dans lesquelles pourront entrer les visiteurs.
Cette pièce est nourrie de la rencontre avec Claire Damesin, l’écophysiologiste avec laquelle je travaille en collaboration depuis deux ans, explique Karine Bonneval. Elle se situe à cheval entre les deux pratiques, artistique et scientifique. Ici il est encore question d’éprouver ce grand végétal en tant qu’être à part entière. C’est en lisant des ouvrages sur les formes d’intelligence végétale, que les scientifiques sont encore en train de découvrir, ainsi que sur des pratiques plus intuitives d’écoute du vivant que ma pratique se situe aujourd’hui.
A la bibliothèque patrimoniale de Cahors, elle présentera quelques tenues d'explorateurs, parures rituelles de passage entre deux états, deux espaces, d'une réalité concrète à une nature imaginaire et fantasmée. Deux films "Jardins mobiles" et "Dendromité" seront diffusés à la médiathèque de Cahors dans le cadre d'une rencontre avec l'artiste.